Enfer au paradis.

Dans les îles du Vent (Tahiti, Moorea…) 55% de la population vivait en 2015 sous le seuil de pauvreté fixé à 115 000 Fcfp par mois. En métropole ce taux était de 16% rappelle l’Institut statistique de Polynésie française.

Partager cet article...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPrint this pageEmail this to someone