En avant vers la gratuité !

Ce samedi 5 janvier se tenait à la salle Paul Garcin, dans le 1er arrondissement de Lyon, le forum de la gratuité, rassemblant plus de 450 personnes. Durant la journée, une trentaine de grand.e.s témoins se sont succèdés, venant du monde associatif, culturel, politique et syndical. Ils et elles ont abordé toutes les formes existantes ou à inventer de gratuité : les expériences de gratuité des transports en commun, des services funéraires, de l’accès l’eau et à l’énergie élémentaires, de la restauration scolaire.

Des interventions originales ont concerné le droit au beau, la gratuité de la démocratie locale et des biens culturels. Il s’agissait du deuxième Forum National de la gratuité du service public, organisé par l’Observatoire International de la Gratuité (OIG), dirigé Paul Ariès, et la Mairie du 1er arrondissement de Lyon représentée par sa Maire Nathalie Perrin-Gilbert et Elliott Aubin (LFI). Le premier forum avait eu lieu en Essonne il y a dix ans, en présence de Jean-Luc Mélenchon. Les apports conjoints des syndicalistes, politiques et associatifs permettent d’ouvrir des perspectives nouvelles.

Il est souvent objecté à la gratuité : il faut bien payer, tant et si bien que nous-nous demandons souvent comment cela peut devenir gratuit. Ne devrions-nous pas nous demander pourquoi nous-nous sommes si souvent mis à payer ce qui auparavant était gratuit ? La raison en est le capitalisme et son fétichisme de la marchandise déjà dénoncé par Marx. Toutes les sphères de l’activité humaine deviennent payantes, jusqu’aux biens les plus essentiels. Sa prédation n’a pas de fin. Déjà les multinationales privatisent massivement l’accès à l’eau, tandis que dans certaines villes très polluées, les plus riches peuvent se payer des dé-contaminateurs d’air et laisser le reste de la population suffoquer. De la naissance à notre mort tout devient achetable pour ceux qui le peuvent, tandis que les biens gratuits se font plus rares. Il est plus que temps de réaffirmer que la gratuité est non seulement possible, comme l’ont montré certaines expériences municipales de gratuité des transports, mais qu’elle est socialement et écologiquement nécessaire. Ce forum sonnait comme un appel à revendiquer davantage de biens communs !

Benoît Schneckenburger

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email