Nuit debout : la logique des Places repolitise des paroles

Entretien avec Michaël Fœssel*, Professeur de Philosophie à l’École Polytechnique

On entend parfois dire qu'on ne serait plus en démocratie. Est-ce le cas ?

Nous sommes bien dans un État de droit qui obéit à des procédures et à des juridictions. Mais cela ne suffit pas à la démocratie qui se ne réduit pas à un système politique avec des élections relativement transparentes et une répartition approximativement équitable des temps de parole.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email