Coïncidence

Le 22 octobre 2018, la cour européenne des droits de l’Homme donnait la lecture inattendue de son arrêt de Grande chambre contre le Danemark pour y dire que « pour que les policiers ne se trouvent pas dans l’impossibilité pratique d’accomplir leur devoir de maintien de l’ordre et de protection du public, il faut en principe qu’ils puissent (...) procéder à des privations de liberté hors du cadre d’une procédure pénale ».Quatre jours après à l’Assemblée nationale, commençait l’examen de la loi anti-manifestants notoirement favorable aux privations administratives de libertés.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email