Climat L’UE, solution ou problème ?

Le XXIème siècle compte 17 des 18 années les plus chaudes enregistrées depuis 1880. Et nous ne sommes qu’en 2019. Les glaciers fondent, le niveau des océans monte dangereusement et les événements climatiques extrêmes se multiplient. Nombreux sont les chantres qui propagent la bonne parole de « l’Europe qui protège ». Loin d’être la meilleure alliée du climat, l'Union européenne (UE) est garante de l'ordre établi alors qu'il faut tout changer.

Hérauts du libre-échange

Les ressources naturelles et les capacités de notre milieu à résister sont limitées. Pourtant, le système économique actuel repose sur la croissance illimitée de la production et l'extension infinie de la consommation. Mais les puissants courent après les profits, quitte à tuer le vivant et à broyer les gens. Ainsi, 100 multinationales sont à elles seules responsables de 71% des émissions de gaz à effet de serre (GES) de ces 20 dernières années. Et les 10% les plus riches de la planète en sont responsables à 50%.

Alors que la priorité est à la lutte contre les dérèglements climatiques, l’UE négocie des accords de libre-échange qui ont pour effet direct d’augmenter ces émissions. Les technocrates de l’UE martèlent : « ouverture à la concurrence ». Alors que l'avion émet jusqu'à 40 fois plus de CO2 que le train par kilomètre parcouru et par personne transportée, Macron a achevé de démanteler le ferroviaire, songe à céder les barrages hydroélectriques et privatise Aéroports de Paris. Une incohérence totale avec l’Accord de Paris alors que la régulation des transports et la transition énergétique nécessitent un contrôle public des infrastructures.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email