Chronique de François : Au carré

La mise à l’écart du député LREM Jean-Michel Clément, pour avoir osé affirmer et assumer ses convictions à l’occasion du vote sur la loi asile et immigration, en dit beaucoup sur la conception du fonctionnement des institutions, et pour tout dire de la démocratie, que se fait M. Macron.

Dimanche 22 avril, le député de la Vienne était donc contraint de quitter le groupe parlementaire LREM avant même de voter contre le projet de loi asile et immigration. Contraint car au préalable, Jean-Michel Clément s’était vu signifier publiquement par le président de groupe Richard Ferrand qu’une procédure d’exclusion serait engagée à son encontre en cas de votre contre le texte, une première dans l’histoire du Palais-Bourbon.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email