Caroline Fiat, Insoumise et solidaire

Première aide-soignante jamais élue députée, l‘insoumise Caroline Fiat réalise en cette période d’épidémie de Coronavirus un tour de force impressionnant. Chaque nuit, la députée de la sixième circonscription de Meurthe-et-Moselle reprend du service de 19h à 7h dans un hôpital lorrain. La journée, elle assure son travail de députée et enchaîne les réunions par visioconférence.

Ce travail acharné a été unanimement salué sur les réseaux sociaux. « Insoumise et solidaire, Caroline Fiat, notre fierté », a résumé Jean-Luc Mélenchon, président du groupe parlementaire de La France insoumise.

« Le groupe des députés doit être entièrement au service de la mobilisation du peuple, l’éclairer, l’accompagner, la nourrir, porter sa parole dans l’hémicycle et par les votes », indiquait dès 2016 la charte des candidates et candidats de La France insoumise pour les élections législatives alors à venir. Lorsque son groupe d’action la pousse à se présenter, Caroline Fiat ne pense alors pas pouvoir être élue. Et pourtant, elle accomplit depuis 2017 cette tâche d’une manière qui force le respect.

Récompensée en 2020 de son prix annuel par l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, Caroline Fiat concentre en particulier ses efforts en travaillant sur les questions de santé. « Si les gens ont élu une aide-soignante à l’Assemblée nationale, c’est pour que le quotidien du peuple puisse être crié dans cet hémicycle », a-t-elle scandé à la tribune de l’Assemblée nationale le 10 juillet 2017.

Depuis lors, elle n’a cessé de défendre le peuple. Une vidéo particulièrement d’actualité alors que les hôpitaux sont surchargés, intitulée, « Hôpital : 3 ans d’alertes » et récapitulant ses interventions, a d’ores et déjà été vu plus de 3,6 millions de fois sur Facebook. Il y a deux mois, elle avait demandé de pouvoir utiliser son temps de parole à l’Assemblée nationale pour une minute de silence en mémoire d’une infirmière tuée dans l’exercice de ses fonctions. Le refus de cet hommage par le macroniste Richard Ferrand avait alors illustré l’inhumanité de la majorité.

Comme chaque autre parlementaire de La France insoumise, elle n’a cessé de dénoncer les mensonges et traquenards du gouvernement, comme lorsqu’elle a montré le ridicule des calculs du simulateur de la réforme des retraites – aujourd’hui suspendue – qui indiquait un salaire de 2 500 euros mensuels en moyenne pour une infirmière, largement supérieur à la réalité. On ne peut que regretter qu’il y ai peu de députés comme elle.

 

Côme Delanery

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email