Le 1er juin 1899  Grande grève au Creusot.

Dès le 19ème siècle, le patronat s’assure l’attachement des ouvriers par un paternalisme bien ordonné. En Lorraine les De Wendel, au Creusot les Schneider tiennent les usines, mais aussi la vie des travailleurs. Rien n’échappe à leur main de fer. L’école, les magasins, l’église et même la mort sont soumis au patron. Tout ceci sous couvert d’améliorer le niveau de vie des salariés. Au Creusot, les marchands d’armes que sont les Schneider sont souverains. Depuis 1884, les syndicats ont le droit de cité. Mais cantonnés hors de l’usine ou de l’atelier. C’est pour avoir le droit d’exister dans l’entreprise que […]

Lire la suite

Le 22 mai 1968 les footballeurs aussi !

C’est Kopa qui a commencé ! « Les joueurs sont des esclaves ! » dénonce-t-il dès 1963. Et d’ajouter qu’un footballeur est « le seul homme à pouvoir être vendu ou acheté sans qu’on lui demande son avis ». C’est Kopa. On l’écoute. Puis on passe à autre chose… Non sans l’avoir puni de sélection nationale et « suspendu avec sursis », parce que tout de même, il affichait là une étrange mentalité ! Le journal Miroir du football, proche du PCF, amplifie la controverse. C’est le seul organe de la presse sportive qui ose prendre délibérément la fédération à […]

Lire la suite

Le 16 mai 1871 la colonne Vendôme est mise à bas.

Sur la Place de la Bastille, la Colonne de Juillet rend hommage aux martyrs des révolutions de 1830 et 1848. C’est la colonne du Peuple. Ce n’est pas le cas de la colonne Vendôme. Loin s’en faut. La Place Vendôme, symbole du luxe au cœur de Paris, a vécu des aventures renversantes tout au long de son histoire. On la voit aujourd’hui, décorée en son centre d’une fière colonne gravée, surmontée d’une statue en majesté. Qui l’a voulue ainsi ? Qui fut assez peu modeste pour s’ériger en demi-dieu au sommet d’un si imposant monument ? L’Histoire ne manque ni […]

Lire la suite

Le 5 mai 1976 Nous nous sommes tant aimés

En 1976, Ettore Scola signe un de ses plus grands films. Il trace le portrait d’une génération, la sienne, celle qui a eu 20 ans pendant la guerre, à travers les parcours parallèles, puis croisés, de trois amis. Ils sont ensemble partisans, ils vont mûrir, perdre (ou pas…) leurs illusions, trahir (ou pas…) leurs idéaux. De vrais héros à l’italienne pour une comédie aigre-douce. Ils ne sont pas bien maîtres de leur destin, ces trois-là. On les sent embarqués dans la grande histoire de leur pays. Le fabuleux espoir de la gauche, à la Libération, et les déceptions qui suivent. […]

Lire la suite

Le 3 avril 1871 Assassinat de Gustave Flourens.

Ce 3 avril 1871, au beau milieu de la sublime et tragique aventure communarde, un de ses dirigeants tombe désarmé, dans l’auberge où il s’était réfugié, sous le sabre d’un versaillais. Gustave Flourens, car c’est de lui qu’il s’agit aujourd’hui, injustement oublié, était né en 1838 dans une famille cultivée et aisée. Son père, scientifique réputé, enseigne au Collège de France. Gustave ne va pas tarder à lui succéder à la même chaire. Déjà, sa liberté d’esprit, son athéisme, son matérialisme aussi le font voir d’un mauvais œil par le pouvoir en place. […]

Lire la suite

Le 26 mars 1997 Sortie de Reprise, de H. Le Roux

Juin 68, à l’usine Wonder, c’est la reprise, à contrecœur, à contre-espoir. Au portier, deux étudiants filment. Dans le brouhaha, une fille crie. Elle n’y mettra plus les pieds dans cette taule pourrie, cet atelier dégueulasse, et les délégués n’ont qu’à aller le faire ce sale boulot, tout ça pour ça, pour des semaines de salaire paumé. C’est le retour sur terre, la défaite, les ouvriers tête basse, entrant devant un cadre aboyeur. Et la fille, elle est rentrée, pour finir ? C’est là que l’aventure de Le Roux commence. Cette image l’a poursuivi tant et tant qu’il s’est posé […]

Lire la suite

Le 10 mars 1976 Le Juge et l’Assassin de Tavernie

C’est l’histoire d’un assassin. Un homme terrible qui parcourt la France du XIXème siècle, semant le viol et la mort derrière lui. Un homme qui tue parce que de sa tête, où est logée une balle, la raison a fui. L’homme, c’est Bouvier. Amoureux éconduit, il a voulu tuer Louise sa fiancée, puis se suicider. C’est raté. On l’enferme en asile. Puis on le relâche, comme étant sain d’esprit. Il s’en va sur les routes, Bouvier. Hanté par le souvenir de celle qu’il aime encore, et qui ne veut pas de lui. Alors, il tue, il tue encore. Des enfants, […]

Lire la suite

Le 4 mars 1948 Mort d’Antonin Artaud

Antonin Artaud, l’homme aux mille talents, dessinateur, acteur, écrivain, metteur en scène, poète, initiateur visionnaire du « théâtre de la cruauté » aura tenté toutes les façons de rénover, de bouleverser toutes ces familles littéraires, au cours de sa vie courte et fulgurante. Lorsqu’il monte de Marseille à Paris, en 1924, son seul but est d’être comédien. Mais sa santé va en décider autrement. Dès l’enfance, la maladie le taraude. Des migraines vrillantes et chroniques lui imposent des doses de remèdes littéralement stupéfiantes qui si elles n’effacent pas la douleur, le maintiennent dans un état second qui le font poursuivre […]

Lire la suite