Après Paris, réunions à Madrid puis Berlin : le plan B s’enracine

Le premier sommet internationaliste pour un plan B s’est tenu à Paris les 23 et 24 janvier. Il a rassemblé des centaines d’auditeurs et 42 intervenants, provenant de 25 pays différents. Ce sommet a été l’occasion d’étudier les trois obstacles auxquelles s’affronterait tout gouvernement radical : la monnaie, la dette publique et le commerce extérieur. Il s’agissait de tirer les leçons de la défaite grecque, et de faire émerger les outils fondamentaux à mobiliser pour tenir le choc.


Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone