Animal L’agro-industrie contre les animaux… et les hommes

Le productivisme a transformé les animaux en simple matière première ou en donnée négligeable. Pour satisfaire aux exigences d'un marché mondial, ses variations subites, chacune des composantes du monde est exploitée : environnement, sols, animaux, mais aussi producteurs·trices évidemment. Les animaux des élevages intensifs ne sont plus que de la marchandise, dont il faut tirer le plus possible, pour vendre le plus possible, en résumé : être profitable. Les fermes-usines s'agrandissent : 1 000 vaches, 20 000 cochons, 200 000 poulets. Cela implique une organisation du travail qui néglige la souffrance, répand des maladies par la promiscuité, et acte l'impossibilité matérielle de prendre soin du vivant.

Pour lire la suite, abonnez-vous.L’Heure du peuple est un journal insoumis donc sans pub. Pour le faire vivre, n’hésitez pas à vous abonner.

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
Email this to someone
email