Stoppons le programme de Macron

Élu par défaut, le nouveau président dispose d’une légitimité très limitée. Il n’existe aucune majorité dans le pays en faveur de son programme, comme en atteste son score du 1er tour représentant 18 % des citoyens inscrits sur les listes électorales, mais aussi la faible part de ses électeurs ayant voté pour lui par conviction de fond. Il n’existe pas non plus à cette heure de majorité politique solide capable de mettre en œuvre ce programme.

Lire la suite

Analyse des résultats du 2nd tour : un vote par défaut

Le “triomphe” apparent de Macron face à Le Pen a masqué médiatiquement une autre réalité politique, sans précédent pour le second tour d’une présidentielle : l’ampleur cumulée de l’abstention et des votes blanc et nul qui représentent 34% des électeurs inscrits, ce qui en fait la deuxième réalité politique du pays, largement devant le vote pour Le Pen (22% des inscrits au second tour).

Lire la suite

Une autre majorité est possible

Déclaration de Jean-Luc Mélenchon au soir du 7 mai 2017 “Ce soir s’achève la présidence la plus lamentable de la Ve République, qui aura détruit pratiquement toute confiance autour d’elle. Mais, une nouvelle fois, en dépit de tout, par l’abstention, les bulletins blancs et nuls, comme par les votes au nom de monsieur Macron, notre pays a massivement refusé l’extrême droite, car elle est étrangère à l’identité républicaine de la France. Madame Le Pen arrive la troisième de ce deuxième tour, après monsieur Macron, les abstentions, les bulletins blancs et nuls.

Lire la suite

Rester libres

Les maîtres chanteurs électoraux sont repartis en campagne pour le second tour de l’élection présidentielle. Ils continuent d’agiter le mythe d’un front républicain contre le FN, qui n’a jamais réellement existé dans le peuple français. Car il n’est qu’une invention des appareils sociaux-démocrates et conservateurs pour transformer la menace FN en assurance vie de leur alternance sans changement de politique. Ce chantage est d’autant plus hypocrite que les promoteurs de ce « front républicain » sont aussi les responsables historiques de la montée du FN. Leur but ultime est que tout vote puisse être prévu d’avance, canalisé, voire encadré et même contraint.

Lire la suite

Présidentielle : Les 5 enjeux d’une élection historique

L’élection présidentielle a débuté dans la débâcle des élections régionales et avec le triomphe annoncé d’un tripartisme FN-LR-PS. Un an après et à quelques jours du premier tour, le paysage est radicalement chamboulé par la percée de la France insoumise et de son candidat Jean-Luc Mélenchon. Ce bouleversement ira-t-il jusqu’à enclencher la Révolution citoyenne en France ? Cela n’a jamais été autant possible qu’aujourd’hui.

Lire la suite

Le 7 avril 1795 : adoption du système métrique

Le 7 avril 1795, la Convention adopte le rapport du député Prieur de la Côte d’Or qui officialise le système métrique. Elle propose une unité de mesure universelle destinée à remplacer les unités locales. En effet jusqu’au XVIIIe siècle il n’existe aucun système de mesure unifié et en France plus de sept cents unités de mesure différentes cohabitent. Souvent empruntées à la morphologie humaine: le doigt, la palme, le pied, la coudée, le pas, la brasse, ou encore la toise.

Lire la suite

Constitution sous influence

Certains, y compris à gauche et dans le mouvement social, considèrent parfois que la refonte de la Constitution ne serait pas prioritaire par rapport à l’urgence économique et sociale. En moins de 6 mois, deux décisions très politiques du Conseil constitutionnel ont pourtant montré le contraire. La dernière, du 23 mars, a en partie vidé de sa substance la loi dite “Rana Plaza” destinée à imposer aux multinationales un contrôle du respect des droits humains fondamentaux par leurs sous-traitants et leurs fournisseurs.

Lire la suite

Programme de Macron : une contre révolution néolibérale

Le programme d’Emmanuel Macron a tardé à être publié, suscitant les railleries de ses opposants. N’aurait-t-il rien d’autre à nous proposer que sa personnalité ? Le candidat d’En Marche et son entourage l’ont soutenu pendant plusieurs semaines, estimant que le temps des programmes était révolu et qu’il fallait simplement passer un « contrat avec la nation ».

Lire la suite